Vous êtes ici : Agir

La biodiversité... Dossier

La forêt en danger. Fin octobre 2019, une partie de la forêt de Chailluz, près de Besançon, a été interdite au public, le temps d’abattre près de 2 000 arbres, hêtres, épicéas et sapins gravement touchés par la sécheresse, et qui sont en train de mourir. « Contrairement à ce qui se passe lors d’une tempête, où les dégâts sont spectaculaires, cette crise est silencieuse..." Lire plus.

JPEG - 288.7 ko
Infographie déforestation (source all4trees)

Voir aussi les données de la déforestation dans le monde sur all4trees.org. Et aussi les initiatives en France pour protéger les arbres. Voir l’action de Coeur de forêt.

Planter des arbres ? "Les forêts naturelles, riches en biodiversité ne peuvent être réduites à leur seule capacité à stocker du CO2. Les forêts naturelles sont sources de nombreux autres biens et services indispensables à l’humanité comme structurer les sols, filtrer les ressources en eau, abriter les deux tiers des espèces terrestres, et permettre à 1,6 milliards de personnes de vivre et tirer leurs revenus. Leur restauration apparait alors comme essentielle à bien des égards au-delà de la seule volonté de stocker du CO2.

En conclusion, protégeons les forêts encore existantes qui ne pourront pas être recréées une fois détruites, réduisons nos consommations d’énergies fossiles et restaurons massivement les écosystèmes pour permettre une économie vertueuse au service des Hommes et de la nature." Extrait : Coeur de forêt.

La simplification des paysages agricoles réduit la biodiversité fonctionnelle. C’est ce que montre une vaste étude internationale publiée le 16 octobre 2019 dans Science Advances. "La terre au Carré", a invité, Vincent Bretagnolle, agro-écologue au CNRS pour parler de cette étude (ré-écouter) qui reprend les données de 89 travaux portant sur près de 1 500 sites de tous les continents — l’une des plus vastes études jamais lancée dans ce domaine. Et elle se penche sur des cultures très variées : blé, colza, fruits de verger, café, fraises, noix de cajou… 

Les principaux résultats nous apprennent que :

• La simplification des paysages réduit de 30% l’efficacité de la pollinisation ;
• La simplification des paysages réduit de 50% la régulation naturelle des ravageurs ;
• Certains invertébrés jouent un rôle particulièrement primordial dans cette régulation naturelle : coccinelles, carabes (prédateur de pucerons et limaces, entre autres), araignées (des centaines d’espèces surtout de toutes petites —et sans toile— qui sont les espèces les plus abondantes, par exemple, au sol dans les champs de blé.

Pour aller plus loin : Biodiversité présentaion et enjeux ;

Et aussi voir la video : la biodiversité c’est la vie

La 7e session plénière de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) se tiendra en France entre le 29 avril et le 4 mai 2019. > Extraits du rapport.

Un exemple de rapport : Pollution et biodiversité.

Et aussi : Quatre gestes simples à adopter pour participer individuellement à la protection de la biodiversité > Lire

Printemps 2019 : Merlette, le temps d’une couvaison au jardin.

Le merle noir est-il utile ou nuisible au jardin ?

JPEG - 111.7 ko
Le nid de Merlette le 28 mars 2019
JPEG - 142.6 ko
Les oeufs de merlette
JPEG - 111 ko
Merlette couve

Le merle noir est peu apprécié des jardiniers qui possèdent des arbres fruitiers car le merle est friand de fruits à la belle saison. Mais en tant que prédateur de limaces, d’escargots et d’insectes néfastes pour les plantes et les fleurs du jardin, le merle noir représente un bon régulateur de ces nuisibles. Merlette a niché près d’une maison nous suivrons sa couvaison.

Triste épilogue : le nid de merlette était à peine à 80 cm du sol dans un laurier thym. Un chat du voisinnage n’a pas résisté à la tentation. Les oeufs de merlette n’écloront pas cette année.

Un plan pour la biodiversité

« Nous avons besoin d’une alliance avec la nature, car l’érosion de la biodiversité est un poison lent. Ce plan marque le coup d’envoi d’une mobilisation sans précédent du Gouvernement et des acteurs à tous les niveaux pour combattre le déclin de nos écosystèmes. Pour répondre à ce défi de civilisation, il faut que chaque Français, chaque entreprise, chaque territoire s’engagent. L’humanité a le devoir de réparer la nature après l’avoir abimée. Je souhaite que ce plan marque le début de la reconquête de la biodiversité, dans les territoires et avec les citoyens, car c’est notre bien commun ». Nicolas Hulot.

Un déclin vertigineux

2018 : "...Le déclin vertigineux des populations d’espèces sauvages révélé par le dernier Indice Planète Vivante — une baisse de 60
% en à peine plus de quarante ans — est une illustration sinistre, voire peut-être même l’indicateur ultime, des pressions que nous exerçons sur notre planète.
D’autre part, la science n’a jamais été aussi explicite sur les conséquences de notre impact..." Marco Lambertini, Directeur général
du WWF International. Rapport Planète vivante 2018.

Des propositions

Le 19 septembre 2017, 14 associations et fondations dont France Nature Environnement ont présenté une feuille de route ambitieuse pour les années à venir. Dans cette feuille, 19 propositions qui permettraient de ralentir et stopper, enfin, l’inquiétante érosion de notre biodiversité.

Elles demandent au gouvernement de mettre en oeuvre de façon volontaire ces mesures, en les intégrant dans l’ensemble des champs concernés, afin de permettre à notre pays d’être enfin capable de répondre aux objectifs d’Aïchi, prévus dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique.

Source : France Nature Environnement.

PDF - 758 ko
19 propositions sur la biodiversité