Vous êtes ici : Agir

Depuis le 2 aout l’humanité est débitrice de la Terre

Le "Jour du dépassement" 2017 a été fixé le 2 août par Global Footprint Network et le WWF. Plus d’infos.

JPEG - 41.8 ko
Jour du dépassement, dessin d’Agir pour l’environnement

Toujours plus tôt

La date du "Jour du dépassement" avance de trois jours par an, en moyenne, depuis 1970. En 2005, elle était fixée début septembre, en 1975, fin novembre.

A partir du "Jour de dépassement", l’humanité augmente sa dette à la Terre. Les intérêts de cette dette nous sont déjà imposés : déforestation, baisse des réserves d’eau, épuisement des ressources dans les océans, toujours plus de pollution de l’air, de l’eau, des sols, ... Et les déchets de toutes natures qui s’accumulent et mettent en danger la biodiversité.

Recommandations pour faire reculer le "Jour du dépassement"

Global Footprint Network, avec près de 30 partenaires à travers le monde, propose des solutions pour faire reculer sur le calendrier la date du "Jour du dépassement". Le principe est de modifier les habitudes des humains pour que chacun diminue son empreinte Ecologique.

Il existerait bien des moyens d’inverser la tendance. « Oui, répond Sebastian Winkler, avec optimisme. Si nous arrivons à nous accorder sur une réduction de 30 % de nos émissions de CO2, nous pourrons infléchir la courbe. » En 2030, le jour du dépassement serait alors repoussé au 16 septembre, au lieu du 28 juin si rien ne change.

Selon les ONG partenaires les leviers d’action sont multiples : « Densifier les villes, transformer notre système énergétique en développant les énergies renouvelables et en économisant l’énergie, réduire la place de la viande dans notre alimentation et aussi encourager la population à avoir moins d’enfants. » Diane Simiu, du WWF France, de préciser : « Les gouvernements doivent agir dès maintenant, en accélérant le déploiement des énergies renouvelables, en renforçant l’efficacité énergétique et en supprimant leurs subventions aux énergies fossiles. »

Prenons conscience du danger de la situation pour vivre à nouveau, un jour, dans les limites de notre planète.