Vous êtes ici : Ressources

Cher été pour les fruits et légumes

Prix 2016 : l’année de tous les records.

Familles Rurales publie les résultats de son Observatoire des prix des fruits et légumes 2016 portant sur deux relevés effectués durant l’été.
Les prix n’ont jamais été aussi élevés, pour le conventionnel comme pour le bio :
- Pour le conventionnel : 4,1 euros pour un kilo de fruits en moyenne et 2,3 euros pour un kilo de légumes en moyenne.
- Pour le bio : 6,95 euros pour un kilo de fruits en moyenne et 4,1 euros pour un kilo de légumes en moyenne.
L’écart de prix entre ces deux catégories n’a jamais été aussi important. Il se creuse : +2,85 euros (+70%) pour les fruits et +1,8 euro (+78%) pour les légumes.
Tous les fruits et légumes ne sont pas accessibles à toutes les bourses :
Pour le conventionnel : En 2016, 7 fruits et 2 légumes connaissent des hausses de prix remarquables puisque supérieures à 10%, dont deux à près de 40% (la pomme de terre et la fraise).
Plus de 7 euros le kilogramme de cerises, et près de 8 euros le kilogramme de fraises, cet été particulièrement cher confirme que tous les fruits et légumes ne sont pas accessibles à tous les budgets.
Pour le bio : En 2016, 7 fruits et 4 légumes connaissent des hausses de prix supérieures à 10 %, dont trois supérieures à 30% (la cerise, la poire et la courgette).
Avec plus de 9 euros le kilogramme de haricots verts et plus de 11 euros le kilogramme de cerises ou de fraises, le bio confirme son statut de marché de niche.

Des fruits et légumes origine France compétitifs par rapport à leurs homologues étrangers :
Pour le conventionnel : Cette année 9 fruits et légumes d’origine France sont moins chers que leurs homologues étrangers. Globalement l’écart de prix entre les deux reste faible.
Comme pour le bio : En 2016, le constat de la compétitivité des fruits et légumes d’origine France par rapport à leurs homologues étrangers est également vrai pour le bio. En effet, 9 fruits ou légumes origine France sont moins chers ou au même prix que leurs homologues étrangers.
En 2016, le hard-discount reste la surface de vente la moins chère pour acheter ses fruits et légumes... Mais ce dernier enregistre, aussi, la plus forte hausse de prix depuis 2012.
Si les fruits et légumes restent moins chers en hard-discounts, c’est aussi la surface de vente qui a connu la plus forte augmentation de prix depuis 2012 (+12,94 euros, soit +34%). L’écart se réduit à 1,5 euro cette année avec les hyper/supermarchés.

Familles Rurales recommande aux consommateurs souhaitant maitriser leur budget :
• De consommer des fruits et légumes de saison au moment où ils arrivent à maturité ;
• De ne pas hésiter à acheter des fruits et légumes français, leurs prix ne sont pas forcément plus élevés ;
• De bien comparer les prix. En hard-discount, ils augmentent depuis 4 ans, et l’écart avec les hyper/supermarchés ne cesse de se réduire. Extrait du document de Familles Rurales en ligne.

>> Le dossier de presse de l’Observatoire